Projets scientifiques

Sur le département des Pyrénées-Orientales, l’association du CIMP (Centre Internacional de Música Popular) a pour objet de favoriser la connaissance et la pratique des musiques et danses patrimoniales et identitaires en agissant dans tous les domaines concernés : acquisition, conservation et mise en valeur de patrimoines matériels et immatériels (avec notamment la gestion du Musée de la musique), documentation et recherche, facture instrumentale, formation, diffusion, création… Le but étant de favoriser la rencontre de tous ceux qui sont les acteurs de cette histoire : musiciens – amateurs et professionnels -, compositeurs, danseurs, facteurs d’instruments, formateurs, chercheurs et publics.

Toutes ces activités sont en lien avec les collections instrumentales et le fonds documentaire gérés par l’association. Elles concernent notamment les aires culturelles catalanes et méditerranéennes et plus généralement les zones géographiques qui connaissent ou ont connu l’usage du hautbois ou de la flûte populaires. Le CIMP a parallèlement vocation à devenir un pôle structurant et ressource pour les politiques culturelles territoriales.
Le projet culturel du Centre Internacional de Música Popular s’articule autour de deux points précis : développer l’attractivité locale du musée tout en affirmant la place de ce lieu comme un pôle culturel indispensable du département des Pyrénées-Orientales et de la région Occitanie. Il va donc répondre à la fois aux nouveaux enjeux liés aux patrimoines musicaux uni- versels (fruits de la donation Herzka Nil), tout en rattachant le lieu à son territoire et à son aire géographique limitrophe (objectifs du CIMP). Ces problématiques sont issues des deux principaux objectifs de la convention du 18 décembre 2015. Le troisième objectif, la création d’un espace dédié à la facture instrumentale, verra le jour en 2022-2023.

  Le CIMP et son espace d’expression, le Musée de la musique, doivent être partie prenante du développement culturel du territoire proche. Ce n’est qu’à travers cette considération que leurs actions auront une portée réelle et efficace. D’autre part, le but de l’association CIMP est de mener une politique culturelle transfrontalière en direction du développement des activités artistiques, notamment des musiques et des danses patrimoniales et identitaires, il convient d’étendre notre positionnement stratégique et transpyrénéen par une série de mesures et d’actes forts.

Avec la donation de Stefan Herzka et de Verena Nil à la commune de Céret en 2010, le volet muséographique a pris une toute autre dimension dans les activités du CIMP par rapport au projet initial. Mais pour autant, le CIMP ne doit pas se réduire à son musée. Il doit retrouver sa pluridimensionnalité, son ouverture à tous les domaines liés au fait musical : conservation, documentation et recherche, formation, diffusion, création…, ces différents secteurs se nourrissant et se renforçant les uns par rapport aux autres. Le musée instrumental reste cependant la partie la plus visible de notre structure, avec son pouvoir d’attraction pour le public, et nous prenons appui sur ses deux collections pour développer d’autres actions sur les esthétiques musicales qui en découlent (actions autour du hautbois, des musiques catalanes et méditerranéennes…) ; c’est ce qui donne toute sa cohérence et sa pertinence au projet, et favorise son rayonnement en provocant des rencontres entre toutes celles et ceux qui sont les acteurs des pratiques concernées : musiciens (amateurs ou professionnels), danseurs, chercheurs, facteurs d’instruments, enseignants, élèves… et publics.