Inde

Sarasvati est à la fois le nom d’un fleuve aujourd’hui disparu et celui de la déesse des Arts. Celle-ci est souvent représentée jouant du luth.

Les six autres fleuves sacrés de l’Inde, en revanche, roulent des flots bien réels dont le débit tient aussi un rôle essentiel dans la vie des régions qu’ils traversent. C’est dans la vallée de l’indus qu’est née l’une de nos plus anciennes civilisations.

Depuis plus de 5000 ans, des rituels de fécondité ont pour décor les rives d’un cours d’eau. Ainsi la fête de Kumbhamela perpétue ces antiques cérémonies au cours desquelles on plonge dans les eaux sacrées des pots remplis de graines à germer.

Un autre rituel qui consiste en l’immersion dans les eaux de la Kâveri ou du Gange est un acte purificateur. Le fidèle qui s’y adonne gagne l’espoir de mettre un terme au cycle des réincarnations. Toute liturgie s’accompagne de chants et de musique. Le but premier étant d’attirer l’attention des dieux. N’oublions pas que c’est à partir du son « Om » que Brâhmà créa l’univers. Hautbois (shehnai) et tambours (mridang) sont les bases de l’accompagnement rituel des cortèges de mariages et de nombreuses autres cérémonies religieuses ou actes de dévotion.