Déroulé du concours

Le festival se déroule chaque année la dernière semaine de juillet : conférences, concerts pour une ou deux cobles, doubles auditions gratuites de sardanes sur les places du village où la population est invitée à s’y retrouver pour danser la sardane. Enfin, un concours se déroule dans les arènes de Céret. Avant le début du concours, les colles (groupes de danseurs) participantes défilent en ville.

Un concours de sardane est une confrontation entre différentes colles (plus de 40 à une certaine époque) à travers plusieurs épreuves autour de la sardane. Cette discipline à la fois sportive, artistique et culturelle est jugée par un jury compétent désigné par le Comité organisateur de la manifestation.

Le déroulement du concours est immuable depuis sa création en 1958 :

  • galop d’entrée : un défilé de présentation de chaque groupe dont les couples se succèdent les uns derrière les autres au son d’une mélodie entraînante ;
  • sardanes de Lluiment (ou Luïment, de luir = briller) : une, deux ou trois sardanes qui permettent au jury de juger l’esthétique de la ronde, l’homogénéité, le pas, l’interprétation et l’enchaînement des différents aspects chorégraphiques ;
  • sardane Revessa (revêche), véritable exercice cérébral. Dans une sardane revessa, l’auteur s’efforce de brouiller les phrases musicales de façon à compliquer leur décompte. Il faut que le cap de colla, autrement dit le meneur de chaque groupe, transmette le résultat des calculs de l’ensemble au délégué situé tout près de lui (mais hors du groupe) et que celui-ci l’apporte au Président du jury placé au milieu de l’arène et ce, avant la fin des 5 premières séries (2 courts, 2 longs, 1 court), plus 10 mesures de la 4ème série de courts. L’exercice n’est pas totalement terminé puisque la ronde qui a trouvé le résultat exact doit terminer correctement la dernière série H par un pas approprié de deux, quatre, six ou trois selon le système de répartition choisi. Une sardane revessa s’arrête après la série H (cf. Danser la sardane).
  • sardane Germanor (de fraternité) clôture traditionnellement chaque concours. Tous les groupes forment des ronds concentriques et dansent la même sardane en signe de fraternité pour effacer toute velléité possible engendrée précédemment par l’esprit de compétition.

Laisser un commentaire

658d8d3a9222b36f1fcc14ed7c1fd3c2^^^^^^^^