Fiche de l'événement recherché et archivé


Retour à la liste

 

TROBADES - FROM EAST TO WEST

vendredi 13 décembre 2013

à
THUIR - Théâtre des Aspres - 21h

Pascal Comelade et l'orchestre de musique traditionnelle birmane saing waing revisitent les chansons de Bob Dylan

De l'Asie à l'Occident, cette création musicale propose la rencontre entre trois mondes ; la poésie musicale y révèle sa fragilité et sa beauté, une beauté métallique, scintillante, dépouillée, à l'image de l'univers de Pascal Comelade et de celui, effervescent et déluré, de la musique birmane.

Pascal Comelade, entouré de ses musiciens et du magnifique orchestre traditionnel birman saing waing empli de métallophones, de cymbales et de petits tambours mélodiques, réinterprète l'univers poétique dylanien.

Cette rencontre, au cours de laquelle les musiciens d'une Asie lointaine encore habités par leur culture royale se laisseront guider par l'imaginaire d'un musicien occidental, mettra de fait en lumière l'aspect universel du répertoire de Bob Dylan, ce chanteur dont l'inspiration vogue constamment entre les racines de la poésie épique, soufie ou biblique et l'univers du blues ancien, celui ces vagabonds encore imprégnés de leur terre africaine.

Pascal Comelade appartient à un monde onirique, celui d'une enfance réinventée par la magie d'un manège musical tendre, déglingué et nostalgique. Des parcelles sonores s'entremêlent, mû par ces boites à musique qui ont précédé l'ère du sampling électronique. Considérant les instruments jouets comme des instruments de musique à part entière, Pascal Comelade et ses musiciens mettent en scène le lapin-tambour de marque Purcell, le Washboard utilisé par Boris Vian, le marimba jouet, le lapin WI-FI, le Toy piano, le portique à percussions ou le piano Kawai...

http://www.dailymotion.com/video/xif857_pascal-comelade-le-bel-canto-orchestra-et-l-orchestre-saing-waing-de-birmanie_music

vendredi 13 décembre 2013

Bob Dylan à la sauce birmane

THUIR - 21h -

Trois dates suivront celle de Céret : Clermont Ferrand, La Coopérative de Mai Paris, Cité de la Musique Nantes, Lieu unique Bob Dylan revisité par Pascal Comelade et l'orchestre de musique traditionnelle birmane Saing Waing. «Ce n'est pas de la world music », se défend d'emblée l'inclassable musicien catalan, qui donnera ce concert singulier samedi (21 heures), dans le cadre du festival de Saint-Florent-le-Vieil. L'idée en revient à son directeur artistique. «Alain Weber me l'a proposée lors d'une rencontre à Paris, alors qu'il me racontait son projet de faire enregistrer des chansons de Dylan avec des artistes de tous les pays. J'ai accepté pour la production sonore de cette formation birmane, très percussive, métallique, bien plus brute que le gamelan balinais, et aussi pour les longues chansons poétiques qui se déroulent dans l'univers de Dylan.» Poussant plus loin le flux sonore, le musicien perpignanais, qui jouera sur un quart de queue, a aussi apporté son piano-jouet et deux guitares en plastique électrifiées. Pascal Comelade est un iconoclaste dans le paysage de ce festival de «musiques du monde». Pour sa douzième édition, le festival Les Orientales, carnet de voyage musical sur les terres musulmanes et hindouistes de l'Afrique et de l'Extrême-Orient, s'est recentré un peu sur le Maghreb. Concert avec les gnawas (anciens musiciens-esclaves) d'Agadir, conférence sur la musique arabo-andalouse, jeunes acrobates marocains, orchestre Redwân d'Algérie, côtoient des artistes venus d'Asie, Inde, reine coutumière de la manifestation, Pakistan, Mongolie, Philippines, Chine et d'Afrique noire, avec le Burundi. «On se croirait à la fois au festival des chants sacrés de Fès et à celui d'Essaouira. C'est magnifique », s'enthousiasme Samy Chiboub, qui œuvre à la production. Le tambour est le métronome de ce rendez-vous estival rare, qui dépayse, divertit et invite à la méditation. «Le sacré s'incarne aussi bien dans la parole poétique que dans le battement frénétique du tambour », souligne Alain Weber, globbe-trotteur mélomane impénitent, dont on se souvient que la vie a inspiré le film Gadjo Dilo, de Tony Gatlif. L'homme ne boude pas son plaisir de transmettre des perles de musiques d'ailleurs. Article Valérie Sasportas.



Co-production Zaman Productions - MúSIC