L'INTERET SCIENTIFIQUE DU PROJET
Florence Gétreau et Luc Charles-Dominique, coprésidents du Comité Scientifique

Le projet d’espace muséographique du CIMP revêt une grande importance en raison de la richesse et de la diversité des collections qui y seront présentées. En effet, ce fonds est composé de deux grandes collections : l’une, préexistante, appartenant au CIMP, constituée essentiellement d’instruments traditionnels catalans, notamment de la cobla ; l’autre, en cours de donation (collection Herzka Nil), centrée sur les hautbois du monde, mais possédant aussi de nombreux autres instruments (flûtes, percussions, instruments à cordes).  
Réunir les deux collections dans un même espace, c’est offrir au visiteur une vision globale, partant du local (la Catalogne) pour s’ouvrir sur le monde, le tout autour d’un instrument qui revient en véritable fil conducteur, le hautbois, qui constitue aussi l’âme des musiques catalanes.

Par ailleurs, la collection Herzka Nil est d’une extraordinaire richesse instrumentale, tout à fait unique, avec plusieurs types de hautbois qu’aucun musée occidental ne possède. Le fonds instrumental est quantitativement important pour une collection privée, et qualitativement de tout premier plan. M. Herzka et Mme Nil se sont toujours employés à acquérir, auprès des facteurs les plus renommés, les meilleurs instruments au cours de leurs voyages, instruments en excellent état et tous aptes à fonctionner. Mais ce qui fait aussi l’intérêt de la collection Herzka Nil, c’est l’abondant environnement documentaire (livres, disques, photographies) et les divers objets (statues, tissus, objets artisanaux) qui auront pour effet de replacer chaque instrument dans le contexte d’une culture musicale, mais aussi d’un voyage, avec son lot de rencontres et de découvertes. Ce point est très important : le centre de documentation ainsi constitué possède un intérêt scientifique de tout premier plan qui augmente l’attractivité de cet espace muséographique. Enfin, rappelons que le choix de Céret et du CIMP par M. Herzka et Mme Nil est dû à la possibilité d’une valorisation culturelle permanente des collections (actions pédagogiques, de diffusion artistiques, scientifiques et documentaires, etc.).

En conclusion, ce projet d’espace muséographique constitue une opportunité rare, tant la collection Herzka Nil est riche et vivement intéressante. Constituée de nombreux instruments inconnus en Occident, elle saura attirer les curieux, mélomanes, musiciens et scientifiques. Valorisée grâce à de nombreux objets singuliers, relevant de ce que l’on appelle aujourd’hui les « arts premiers », elle saura séduire le visiteur, même néophyte, par sa portée esthétique et culturelle forte. Constituée d’instruments en parfait état de fonctionnemment, elle servira de support pédagogique aux scolaires de toutes provenances. Mutualisée avec celle du Musée d’Art Moderne, sa visite apportera un complément efficace, en terme d’espaces culturels, sociaux et « ethniques », mais aussi de temporalité.