1ères Journées Déodat de Séverac

Hommage à Déodat de Séverac

■ ■ samedi 12 avril 2014 à MúSIC Musée des instruments Céret / Eglise de Céret

Il appartient à MúSIC de ramener à la mémoire collective le rôle majeur de ce
grand musicien, lui qui s’est situé résolument à la croisée des musiques traditionnelles et de la création, oublié au cours du XX° siècle, qui a oeuvré au rayonnement des instruments, des instrumentistes et des couleurs musicales du Vallespir.

L’Occident et l’Asie le redécouvrent depuis quelques années. Enregistrements, concerts, livres se multiplient de Paris à Taï Peï. Comme souvent, c’est en France qu’il est le plus méconnu.

Il n’est que temps, d’une part, que la population soit en mesure de se réapproprier cette histoire, son patrimoine afin que l’évocation du nom d’un lycée ou d’une rue soit l’illustration de ce personnage qui a joué un rôle décisif dans la venue des artistes à Céret et d’autre part, que touristes et mélomanes voyageurs soient conscients de l’importance de ce compositeur au plan international et pour son rôle majeur dans l’histoire artistique de la ville. P. Macé, directeur de MúSIC, Musée des instruments Céret

■ ■  PROGRAMME

Conférences et récital chant et piano

10h Accueil

CONFÉRENCES
– 10h30, Propos liminaire par Vincent Berthier de Lioncourt
– 11h, Déodat de Séverac à Céret 1910-1921 par Yves Duchâteau
– 14h30, Déodat de Séverac – L’universalisme de Déodat de Séverac par Jean-Bernard Cahours d’Aspry

RÉCITAL
Chant et piano avec Anne Rodier et François-Michel Rignol.
Extraits de la suite Cerdanya, « Baigneuses au soleil », « Ma poupée chérie », « Sous les lauriers roses » et Extraits d’Héliogabale.

Et ce qui m’avait surtout frappé, c’est que la musique que ces instruments interprétèrent était aussi belle, aussi intense que les vieilles mélopées catalanes chantées par les « braves vieux » coiffés de barratines que l’on rencontre encore du côté de Céret, de ce charmant Céret, pays aimé des Muses.
Déodat de Séverac, lettre à Jean Amade, Céret, avril 1912